Halo 2

Halo 2 :

Intrigue complexe:

Le scénario du jeu débute plusieurs semaines après la fin du précédent, les évènements manquants sont d’ailleurs dévoilés dans les romans sortis avant le soft, ainsi que dans les Comics dérivés de l’univers du titre de Bungie.
Sans divulguer trop de l’histoire, il faut savoir que celle-ci débute sur une station Spatiale de défense orbitale Terrestre, " Le Caire ", où l’ont fête la victoire de Master-Chief et du Sergent Johnson sur Halo, quand soudainement, des vaisseaux Covenants surgissent dans le système solaire, bizarrement en petit nombre (la suite du jeu nous expliquera pourquoi).
Le scénario est scindé en deux parties, en fait deux visions des faits, celle des humains, via le regard de John 117, et celle des Covenants, via celui du Gold Elite responsable de la débâcle de l’Alliance sur Halo et sa destruction.
En effet, parallèlement aux évènements se déroulant sur " Le Caire ", on assiste au jugement de ce dernier sur la citée sainte Covenante " Grande Bonté " en orbite autour de l’anneau détruit en compagnie de sa flotte de combat, le général sera jugé par le conseil Covenant regroupant toutes les espèces composant l’Alliance et torturé avant de se voir apporté une dernière chance par les Hiérarques, leurs chefs religieux, sous la forme de l’Arbiter et de son armure antique, ce dernier sera en fait leur outil pour les missions jugés suicides sous prétexte de rendre sa fierté à l’Elite déchu.
Il devra tout d’abord éliminer les Hérétiques, des dissidents ayant connaissance de la véritable nature des anneaux mondes et donc devenus un danger pour les Prophètes.
L’histoire nous dévoile alors la complexité et la fragilité de l’Alliance Covenante et les intrigues politiques qu’y s’y déroulent, leurs chefs suprêmes, les Hiérarques, trois Prophètes majeurs, Pitié, Vérité et Regret ayant manipulés toutes les entités sous leur commandement afin de servir leur ambition à savoir atteindre " Le grand voyage ".
Le jeu nous dévoilera l’émergence d’une nouvelle race ayant nouvellement rejoint le Covenant, les Brutes, sorte de grand singes commandés par le belliqueux Tartarus et rivaux des Elites, ainsi que la déchéance de ces derniers pourtant co-fondateurs de l’Alliance, et jusque là protecteurs des Prophètes, désavoués par ceux-ci au profit de leurs nouveaux alliés plus facilement manipulables qui prennent alors leur place de commandement de l’appareil militaire Covenant, le Prophète de la Vérité profitera de la mort de celui du Regret pour y parvenir, s’ensuivra un génocide de l’ancienne caste militaire dominante des Covenants, et une guerre interne à l’Alliance la faisant voler en éclat, les Elites découvrant la véritable nature des Halo et les desseins des Prophètes, les obligeant à s’unir avec les humains et certains Covenants restés fidèles.
De plus, l’histoire nous dévoilera sur un autre anneau monde, une nouvelle forme de conscience et d’apparence chez les Floods, le Fossoyeur, sorte de cerveau des parasites qui manipulera à la fois l’Arbiter et le Spartan 117 afin de pouvoir quitter l’anneau dans le but de coloniser l’univers.
La trame scénaristique est ici servie par des cinématiques de toute beauté.

Le jeu possède une quirièlle de personnages nouveaux ou connus, tout d’abord côté humain, avec le commandant Miranda Keyes, la fille du Capitaine décédé dans l’opus précédant, puis le Sergent Johnson, rescapé avec MC de la bataille sur Halo, ainsi que des Marines anonymes, avec parmi eux les TCAO, les troupes de choc des Marines.
Côté Covenant, trois nouvelles races apparaissent, les Brutes donc, les Prophètes, mais aussi les Drones, des unité aériennes ressemblants à des insectes, ainsi que les SpaceOps les forces spéciales des E.T.
Chez les machines Forerunners, au côté des Sentinelles s’ajoutent des unités bien plus massives et puissantes les Executor.
Nouveauté du soft introduite par le scénario, ici toutes les races rencontré peuvent être des ennemis, je m’explique, lorsque l’on joue le Master-Chief, les Covenants, les Floods et les machines Forerunners sont hostiles, mais la réciproque vaut également pour l’Arbiter, les humains remplaçant les Covenants, sauf dans les premiers niveaux de son aventure, ce dernier faisant la chasse aux Hérétiques, puis à la fin, la coalition Extra-terrestre s’étant scindée en deux.
Comme dans le volet précédent, chaque espèce possède une IA qui lui est propre.

Réalisation, et tout ce qui va avec :

A première vue Halo 2 est beau, plus que n’importe quel autre jeu de la console et que son prédécesseur, de la modélisation des décors, en passant par celles des véhicules et des personnages, les effets spéciaux sont tout simplement ce qui se fait de mieux sur la boite à Billou, le tout servi par le design si particulier de l’univers Halo, la perfection me direz-vous ? Et bien non, car tout ceci le serait si le jeu ne contenait pas tous ces bugs d’affichages, des morceaux de décors apparaissants brutalement, non seulement pendant le jeu, mais aussi lors des cinématiques¦ Décevant.
Niveau sonore, le jeu est semblable à son prédécesseur, les musiques bien que ne surprenant pas restent superbes, tout comme les bruitages, les voix des Marines ont été bien choisies et leurs remarques et réflexions prêtes souvent à sourire, côté Covenant, le constat est un petit peu différent, certes à présent on comprend ce qu’ils disent, mais beaucoup de fans dont je fait partie préféraient leurs gémissements et grognements du volet précédent, mais c’est purement subjectif.
Ce qui faisait le charme de Halo CE, était l’immersion crée par l’immensité des décors, et la possibilité de les explorer à sa guise, ici et même si l’impression d’immensité est belle et bien présente, les développeurs de chez Bungie ont crus bon d’insérer des limites de maps invisibles ridiculeusement proches du théâtre des opérations, supprimant toute possibilité d’exploration.

Déjà exceptionnelle, l’Intelligence Artificielle du jeu a encore été améliorée depuis Halo, elle conserve tous les acquis du premier opus en les améliorant, le comportement des Marines (comme des Covenants) est plutôt cohérent, voir réfléchis surtout dans les modes de difficultés les plus élevés, ils vous couvrent, lancent des assauts, vous parlent, discutent entre eux, insultent leurs ennemis, les achèvent à terre vidant leurs chargeurs sur les cadavres, les Grunts fuient, se cachent, etc, tout cela ajoute à l’immersion, de plus nos co-équipiers peuvent à présent conduire les véhicules d’un endroit à un autre, nous laissant ainsi la possibilité de se concentrer sur la seule destruction des troupes ennemis.

Niveau gameplay, Halo 2 reprend les bases du volet précédent en y ajoutant quelques modifications, il est toujours impossible de posséder plus de deux armes sur soit, sauf via la première innovation du titre, en effet John a appris l’ambidextrie et peut a présent se servir d’une arme dans chaque main, à condition que ce soit une arme de poing, en variant celles-ci le joueur peut donc posséder une arme différente dans chaque main, et accéder à différentes combinaisons en plus de son arme principale, à noter qu’ainsi équipé, il est impossible de lancer ses grenades.
Ensuite il est maintenant possible de s’emparer d’un véhicule ennemi en sautant sur celui-ci et en désarçonnant le pilote, de plus, comme évoqué précédemment, on peut maintenant se concentrer sur le poste de tir, l’IA du jeu se chargeant du pilotage.
Autre changement, le bouclier, fini les barres de vies celui-ci vidé, seulement une jauge d’énergie qu’il faudra surveiller, car celle-ci vidée, quelques tirs seront fatals.
Côté véhicule, ils sont à présent destructibles, ce qui change pas mal les choses, notamment en multi.
Ensuite, selon le scénario, le jouer incarnera également un Covenant, en l’occurrence l’Arbiter, au gameplay identique, à l’exception d’une spécificité de son armure : Le camouflage optique temporaire.
Une dernière chose, il est possible d’échanger son armement avec celui que possède un co-équipé, ajoutant une petite dimension tactique selon les ennemis, ou le terrain rencontré.

Côté multi joueur, le titre est une fois encore une référence, le solo est toujours réalisable en coopération, et les modes de jeu pour les petits frags entre amis sont toujours aussi nombreux même s’ils demeurent classiques, les maps sont par contre plus nombreuses, bien conçus et la possibilité de jouer un Elite est un plus non négligeable.
Mais le gros avantage du titre est la possibilité d’être joué en ligne via le xbox Live, où il ne souffre de quasiment aucun défauts, jouable jusqu’à 16, aucun lag à signaler, l’expérience est parfaite.

Rayon quincaillerie :

Toujours de deux types, l’armement est également plus étoffé, du côté humain, il conserve le fusil à pompe M90, le fusil de Sniper S2 AM et les grenades à fragmentation, mais supprime le mythique fusil d’assaut MA5B et le pistolet M6D considéré comme la meilleure arme de Halo CE, introduisant deux variantes, le fusil d’assaut BR55 disposant d’un viseur, et le pistolet M6C qui lui n’en a plus. Le lance roquette M19 SSM dispose à présent d’une fonction lock bien utile pour détruire les véhicules, enfin la mitraillette M7/Caseless fait son apparition, très utile du fait de sa cadence de tir, notamment en mode dual.
L’armement humain dispose également de mitrailleuses sur trépieds, et de tourelles fixes.
Les véhicules utilisables sont à peu près les mêmes que dans le premier opus, à savoir le Tank Scorpion M808 MBT équipé d’un canon tirant des obus de 90 mm et d’une mitrailleuse à balles perforantes, et le Warthog, disponible en deux versions, la mitrailleuse lourde classique LAAG M41 et le canon à accélération magnétique Gauss M68.

Côté Covenant, là aussi c’est la profusion, aux classiques Needler, pistolets et fusils à plasma (types Elite et Brute), s’ajoutent maintenant la Plasma Sword du premier opus enfin jouable et terriblement efficace, le Sniper Covenant, la carabine, le canon à barreau de combustible des Grunts (et Hunters), le sabre grenade des Brutes, les grenades à plasma, et comme chez les humains, des mitrailleuses à plasma fixes, ainsi que des tourelles sur trépied, à l’instar de l’épisode précédant avec la Plasma Sword, une arme reste inutilisable, le terrible Marteau de Tartarus.
A noter qu’une fois détruite, le joueur peut ramasser l’armement des Sentinelles pour l’utiliser.
Au niveau des véhicules, les Covis disposent d’un net avantage et d’un large éventail de machines, terrestres et aériennes. Du Ghost et de ses canons à Plasma, en passant par le char Apparition son mortier à Plasma et ses canons, à l’aéronef Banshee doté de deux canons à Plasma et d’un canon à barreau de combustible, du transport de troupe terrestre Shadow et aérien Phantom équipés du même genre d’armement à l’équivalent du Warthog Humain, le transport multi troupes Spectre, puis enfin le monstrueux Scarab, plus grosse unité au sol des Covenants.

Durée de vie et bilan :

Le mode solo du premier épisode était intense et jouissif, même si non exempt de défauts, celui-ci est tout de même court et pas toujours excitant, certes les premières missions sont fantastiques, et jusque-là rares étaient les jeux nous ayant fait ressentir l’impression d’une planète assiégée et en guerre de façon si immersive, mais le passage à l’Arbiter, bien que sympathique transforme le jeu en FPS banal et classique, voir en redite du premier épisode selon les missions, comptez moins d’une dizaine d’heures pour finir le jeu en mode normal, bien que les modes de difficulté élevés, surtout le Légendaire augmentent le temps et l’intérêt du jeu.
Du côté des déceptions, hormis donc la durée de vie du mode solo, et le déséquilibre entre la première moitié du jeu et la seconde, ajoutons donc la réalisation, qui bien que de haute volée est polluée de nombreux bugs graphiques et l’impression castratrice de ne plus être aussi libre que dans le premier jeu, et soumis à une certaine linéarité.
Malgré tous ces défauts, Halo2 reste un bon FPS, pétri de qualités, et d’un mode de jeu en ligne énorme, mais qui pâtie de l’ombre de son illustre prédécesseur.

Les plus :

Les Graphismes
Les innovations
Le GamePlay
Les premières missions
L’IA
Le Live

Les moins :

La deuxième partie du jeu
Les bugs
La fin frustrante

Oups, pas encore lu ton test depuis le temps mais je le ferai. :wink:

Sinon y’a moyen de jouer en live à halo 2 PC et Xbox simultanément ?

Il me semble que oui, tu l’as ?

Non mais ça peut me motiver. ^^

Tout comme moi pour y rejouer :slight_smile:

Et un 2ème coup de pub :wink:
Bon je me suis pas encore plongé à  fond sur le 2, je voudrais déjà  finir le 1er.
Sinon les echos que j’ai pu avoir, par mes potes ou autres, c’est que le 2 est moins sympa que le 1er donc verdict dans quelque temps.

Disons que les premières missions sont étincelantes de fun et de nouveauté, mais qu’il se transforme en banal FPS par la suite…

Je met ça là , le topic étant mort(né) :

Cliquez ici

classement effectivement plus que subjectif…
Marioland…!!:lol:

:lol: :lol: :lol:

Podcast destiné Halo 2!

Eh ouais, on est à  quelques semaines de l’arrêt du Xbox live 1ere génération. Tous ceux qui ont acheté du DLC pourront se le mettre… Heureusement que c’est du vent. Qu’est ce que ca va être quand ils vont arrêter celui de la 360? Faudrait qu’on se fasse des sessions Xbox avant que ca coupe histoire de… Un petit Halo 2, PGR2 ou autre pour ceux qui ont encore la console.

Un halo 2 je ne dit pas non!!!

les halo sont compatibles 360, ils devraient donc rester jouables en ligne du coup???

Cest mort. C’est tous les jeux de la première Xbox qui vont y passer… Pourtant je suis sûr quun patch aurait permis d’adapter les jeux de la première génération…

Oui, c’est cuit.

le multi n’est pas mort!!
(y de ces tarés quand même!!)

Halo 2 toujours vivant

Hé bé!

:lol::lol::lol:

Sérieux les gars, la facture d’électricité^^ Il doit y avoir moyen d’y jouer par des serveurs détournés en plus. Je me rappelle qu’on pouvait le faire sur Game cube pour PSOI&II.

De toute façon Halo2 j’ai assez donné, il y a le 3, ODST et bientôt Reach pour le Multi, je crois que ça va aller :mrgreen: