LE CHUCOTEUR

Donato CARRISI vous connaissez ? Non ? Pourtant c’est l’écrivain qui risque d’accompagner vos nuits pendant un petit moment, avec son premier roman LE CHUCHOTEUR vous allez plonger corps et âme dans une enquête passionnante qui pousse le lecteur dans les abimes de la noirceur humaine.

Tout est pourtant bateau à  première vu, un juriste de formation (l’auteur, pas le héros du bouquin) qui écrit son premier roman, on a ainsi toujours le doute de tomber sur un roman qui s’inspire des mécaniques d’autres romans à  succès, et là  ce n’est clairement pas le cas.

Histoire de situer un peu le bouquin pour ceux qui lisent pas mal de thriller, L’Epouvantail de Michael Connelly passe pour un enfant de cœur et l’oiseau de mauvais augure de Camilla Là¤ckberg qui était un cran au dessus de l’épouvantail niveau ambiance passe pour un tour de chauffe.

Ainsi on commence tranquillement Le Chuchoteur avec Mila Vasquez, experte dans les disparitions d’enfants avec une ‹ petite enquête › qui sert d’introduction au rythme auquel le lecteur va devoir s’habituer. Déjà , on sent la tension et on s’attache très vite à  Mila, Ça tombe bien on va la suivre tout au long du roman.

Afin de ne pas spoiler le bouquin même involontairement, le reste va être assez vague afin de ne pas mettre la puce à  l’oreille ou autre.

Très vite Mila va être appelé en renfort dans une enquête morbide qui a pour toile de fond un tueur en série qui enlève des petites filles et dont on ne retrouve que le bras gauche, dans une petite fosse. Le petit résumé ci-dessous est plus light que la 4ème de couverture à€°VITER DE LA LIRE!!

On va alors faire la connaissance de toute une équipe d’enquêteurs aux personnalités fortes et sympathiques (oui je me retiens d’en dire plus).

Très vite le lecteur va être emporté dans un tourbillon de noirceur qui va de plus en plus vite au fur et à  mesure que les chapitres défilent. On pense à  chaque fois avoir atteint le maximum de l’horreur humaine quand un chapitre arrive à  son terme, mais le suivant est pire que le précédent.

On est donc rivé à  Mila et aux indices qu’elle découvre afin d’élucider un mystère qui est de plus en plus épais alors qu’en général c’est plutôt l’inverse. Le lecteur est promené par Donato CARRISI comme on promène son chien, le dénouement réellement exceptionnel dans son genre va en scotcher plus d’un.

Il est réellement difficile de parler du Chuchoteur en évoquant les divers lieux traversés et citer les divers personnages rencontrés sans spoiler ou tout simplement gâcher le plaisir de la découverte.
Par contre il est assez impressionnant qu’en seulement 430 pages Donato CARRISI fasse voyager le lecteur à  travers autant de lieux différents, qu’autant de personnages soient rencontrés et dont chaque histoire marque le lecteur.

Pour faire simple, Le Chuchoteur est à  n’en pas douter l’un des meilleurs trhiller que vous pourrez lire cette année. Attention, par contre il n’est clairement pas ‹ tout public › vu que par moment Ça tourne clairement à  l’horreur. Mais quand dieu se tait, le diable murmure…